Célébrer la communauté asiatique du Canada

Par Sue Paish, présidente-directrice générale de la Supergrappe des technologies numériques du Canada

Afin de marquer le Mois du patrimoine asiatique, nous avons décidé de braquer l’attention sur quelques-uns de nos formidables collègues et partenaires canadiens d’origine asiatique qui travaillent pour bâtir un Canada meilleur par l’entremise de la Supergrappe des technologies numériques.

Le premier texte du bulletin de ce mois-ci a été écrit par Bill Tam, chef des opérations, qui offre son point de vue sur l’importance de la diversité, de l’inclusion et de l’appartenance. Nous soulignerons également l’apport de la Dre Sheila Wang, cofondatrice et médecin en chef de Swift Medical, et nous vous présenterons Mika Yasutake et Sharon Lam, deux participantes du programme de mentorat Athena Pathways. Nous terminerons avec un résumé des récents budgets du Canada et de la Colombie-Britannique. Bonne lecture!

En mai 2002, le gouvernement du Canada a signé une déclaration officielle désignant le mois de mai comme le Mois du patrimoine asiatique. Près de 20 ans plus tard, le Mois du patrimoine asiatique est plus pertinent que jamais. C’est le thème « Reconnaissance, résilience et audace » qui a été retenu cette année. Se voulant un hommage à l’apport et aux forces de ma culture, ce thème est également un cri de ralliement pour que l’ensemble des Canadiens s’opposent à toute forme de racisme et de discrimination anti-asiatique.

Comme bien des Canadiens d’origine asiatique, grandir au Canada n’a pas été facile pour moi. Bon nombre d’entre nous avons passé notre vie entière à tenter de compenser ce qui nous rendait différents. Nous avons fait de notre mieux pour rentrer dans le moule, dans l’espoir que cela nous donnerait le privilège d’appartenir à un groupe.

Ce désir d’appartenance nous a poussés à faire nos preuves constamment. Et bien, nous pouvons certainement dire mission accomplie. Nous sommes maintenant des entrepreneurs, des dirigeants d’entreprises de haute technologie et d’autres domaines, des modèles communautaires, des enseignants, des travailleurs de première ligne, des premiers intervenants, des médecins, des avocats, des ingénieurs, des comptables, des parents, des amis et… vos voisins. Par-dessus tout, nous sommes canadiens. Nous voulons à tout prix contribuer à nos communautés et soutenir la diversité culturelle qui définit notre pays.

Nous faisions des progrès constamment, nous étions en train de prouver notre valeur. Puis, la COVID-19 nous a frappés.

En mars 2020, l’ancien président des États-Unis a jeté le blâme pour la pandémie entièrement sur la Chine, parlant non pas de la COVID-19, mais du « virus chinois ». Avec ses propos incendiaires, Donald Trump est venu souffler sur les braises de l’intolérance et du racisme. Fait tout aussi troublant, les cas de violence verbale et physique à l’endroit de Canadiens d’origine asiatique se sont multipliés. Les gens visés par ces actes étaient nos concitoyens, des jeunes comme des gens plus âgés. Des citoyens innocents qui ont été injustement pointés du doigt.

De voir les Canadiens récemment s’élever contre le racisme anti-asiatique est encourageant. À la fin du mois de mars, 500 personnes environ se sont rassemblées devant la Vancouver Art Gallery pour dénoncer le racisme systémique et les crimes haineux envers les personnes d’origine asiatique. Les gens présents lors de cette manifestation et dans d’autres événements du même genre tenus partout au pays étaient de cultures et d’origines variées. Nous nous dressons tous ensemble pour lutter contre le racisme anti-asiatique.

Au Canada, nous avons l’habitude de nous serrer les coudes. C’est lorsque nous soulignons notre histoire et notre patrimoine en renforçant la compréhension, en célébrant la diversité et en favorisant l’inclusion que nous brillons le plus. C’est ce qui définit le Canada. C’est ce qui nous définit en tant que Canadiens.

Notre impact

Après avoir obtenu son baccalauréat en géographie et une maîtrise en gestion de l’Université de la Colombie-Britannique, Mika Yasutake possédait de vastes connaissances et était très enthousiaste à l’idée d’explorer différentes perspectives de carrière.

L’an dernier, lorsqu’elle a décroché un stage dans une entreprise en démarrage dans le domaine de l’intelligence artificielle, Mika s’est vite aperçue à quel point le monde des affaires pouvait être intimidant. « Je me sentais dépassée, étant une jeune diplômée sans aucune expérience dans le secteur de la haute technologie ni en milieu professionnel, dit-elle. J’avais du mal à savoir si je répondais ou non aux attentes. Mon supérieur, qui était d’un grand soutien, m’a expliqué que ce que je ressentais s’appelait le syndrome de l’imposteur. »

Suivant les conseils de son patron, Mika s’est inscrite au programme de mentorat Athena Pathways. C’est à Sharon Lam qu’on l’a jumelée.

« Ce programme a été formidable pour moi, affirme Mika. Sharon m’a énormément aidée, validant chacune de mes expériences et m’expliquant qu’il se pourrait que je continue d’avoir ces pensées et ces inquiétudes, mais que c’était normal et correct, que je n’étais pas la seule à me sentir ainsi. »

« Sharon m’a également rappelé que nous avons tous quelque chose d’unique à apporter, quelles que soient nos origines », ajoute-t-elle.

Aujourd’hui, Mika est coordonnatrice des opérations commerciales chez Finn AI, une entreprise en démarrage de Vancouver qui crée des robots conversationnels dotés d’intelligence artificielle pour les banques et les caisses populaires. « Je veille à ce que chacun ait ce qu’il lui faut pour bien faire son travail », souligne-t-elle.

L’expérience de mentorat a eu autant de bénéfices pour Sharon, chef de la section des technologies géospatiales chez Minerva Intelligence, une société de génie logiciel de Vancouver qui travaille principalement sur des solutions d’intelligence artificielle pour les compagnies en sciences de la terre.

« Mika est une femme brillante qui s’exprime bien et qui pose des questions difficiles, ce qui me pousse à réfléchir à mes propres objectifs de carrière, à ce qui me rend véritablement heureuse, à mes défis et à ce qui compte le plus pour moi, soutient Sharon. J’ai maintenant la ferme intention de me trouver également un mentor ou une mentore. »

Mika avait ceci à dire à propos de ses origines japonaises et de ce que représentait le Mois du patrimoine asiatique : « J’ai grandi en rejetant en grande partie mes origines asiatiques, souhaitant plutôt être blanche. Je n’avais jamais vraiment accepté mon identité asiatique. Le fait d’avoir un mois qui célèbre le patrimoine asiatique est formidable. Je suis enfin arrivée à une étape de ma vie où je saisis l’importance de mes origines, et j’en suis très fière. Les événements de ce genre ont un grand impact, puisqu’ils permettent de nous rapprocher en tant que société et offrent aux autres Canadiens l’occasion de voir toute la beauté, l’importance et la résilience du patrimoine asiatique. »

Ce que ressent Sharon à l’égard de ses origines chinoises a évolué au fil des ans : « Ce n’est que tout récemment que j’ai appris l’existence du Mois du patrimoine asiatique. Si je rejetais mes racines lorsque j’étais plus jeune, ce n’était pas de façon consciente. C’est simplement que je laissais passer les stéréotypes du genre “tu es sans doute très forte en mathématiques” ou “tu parles très bien anglais”. Ma famille et moi ne parlions jamais de l’importance d’être fiers de nos racines asiatiques. Ce n’était jamais un sujet de conversation. »

« Maintenant, je célèbre fièrement ma culture et je considère le Mois du patrimoine asiatique comme une excellente occasion d’apprendre, ajoute-t-elle. C’est le moment idéal pour inviter les non-Asiatiques et les Asiatiques de différents milieux à échanger librement, à faire part de leurs expériences. Nous pouvons tous apprendre les uns des autres et célébrer la diversité des communautés canadiennes. »

Pour en connaître davantage sur le programme Athena Pathways ici.

Félicitations à la Dre Sheila Wang, cofondatrice et médecin en chef de Swift Medical, lauréate du Prix du Gouverneur général pour l’innovation. Ce prix lui a été remis pour souligner son leadership dans la création d’une technologie axée sur l’intelligence artificielle qui vient améliorer l’accessibilité et la qualité des soins pour les patients qui ont besoin de soins des plaies. En réponse à l’appel de projets de la Supergrappe des technologies numériques lancé dans le cadre du programme de la COVID-19 l’an dernier, Sheila et l’équipe de Swift Medical ont créé et mené le projet Télésoins des plaies Canada, qui regroupe des spécialistes de partout au Canada dans le but d’aider les patients vulnérables à accéder à distance à des soins des plaies. « C’est une victoire d’équipe pour Swift Medical, souligne Sheila. C’est un privilège de pouvoir travailler avec mes cofondateurs Justin, Carlo et Edwin, et avec toute l’équipe de Swift Medical, une équipe diversifiée de professionnels talentueux, visionnaires et résolus à créer des outils qui transforment les soins de santé et améliorent la qualité de vie des patients. »

Pour en savoir plus.

Transformation et innovation numériques: les grandes priorités des derniers budgets

Nous sommes heureux de constater que la transformation et l’innovation numériques s’inscrivent parmi les grandes priorités des derniers budgets du Canada et de la Colombie-Britannique. Le budget fédéral de 2021 prévoit une somme de 60 millions de dollars sur deux ans qui sera attribuée à l’Initiative des supergrappes d’innovation, ce qui témoigne de la confiance élevée du gouvernement du Canada à l’égard de notre modèle d’innovation collaboratif. À ceci s’ajoutent plusieurs autres éléments du budget fédéral qui viennent renforcer l’engagement du gouvernement du Canada à l’égard des technologies et de l’innovation numériques. Nous traitons régulièrement, avec les représentants d’ISDE, de la mesure dans laquelle le travail exceptionnel de notre supergrappe (par l’entremise de nos membres) peut soutenir les ambitions définies dans le budget. Nous sommes fiers de ce que nous sommes en train de réaliser ensemble et nous nous réjouissons à l’idée de continuer de renforcer la position de leader numérique du Canada en intensifiant le travail effectué dans le cadre des programmes prévus au budget.

Le 20 avril 2021, le gouvernement de la Colombie-Britannique a publié son budget pour 2021, dans lequel il prolonge la programmation de StrongerBC et prévoit continuer de miser sur l’innovation en faisant passer la population avant tout, en investissant dans la transformation des entreprises et en tirant le maximum des innovations pour atteindre ses objectifs en matière de durabilité et d’inclusion. Voici ce que Christine Little, membre du conseil d’administration et SMA au ministère de l’Emploi, du Développement économique et de la Compétitivité avait à dire sur ce que signifie le budget pour les entreprises de la Colombie-Britannique

Budget 2021 de la Colombie-Britannique – Investir dans les gens et en retirer les bénéfices sur le plan de l’innovation, par Christine Little, SMA, division des petites entreprises, des emplois et de la main-d’œuvre, ministère de l’Emploi, du Développement économique et de la Compétitivité de la Colombie-Britannique

Le 20 avril 2021, le gouvernement de la Colombie-Britannique a publié son budget pour 2021, dans lequel il prolonge la programmation de StrongerBC et prévoit continuer de miser sur l’innovation en faisant passer la population avant tout, en investissant dans la transformation des entreprises et en tirant le maximum des innovations pour atteindre ses objectifs en matière de durabilité et d’inclusion.

Bien que StrongerBC vise surtout à offrir une aide économique immédiate, ces investissements préparent également le terrain en vue de la reprise et de la croissance économique qui s’ensuivra, ce qui commandera une attention particulière à l’innovation. Cela se manifeste clairement dans les programmes qui misent sur l’innovation pour renforcer la création de valeur à partir des ressources naturelles de la Colombie-Britannique, y compris les programmes de démonstration du bois massif et de technologies agricoles.

StrongerBC offre aux entreprises des mesures de soutien souples leur permettant de trouver et d’adopter les innovations dont elles ont besoin pour maintenir leur compétitivité et leur productivité. Cela englobe des initiatives de marketing numérique, des subventions octroyées à de petites et moyennes entreprises pour les aider à réorienter leurs opérations, des exonérations de TVP pour faciliter l’acquisition d’immobilisations ainsi que le fonds d’investissement InBC, qui se chiffre à 500 millions de dollars. Ce fonds aidera les entreprises innovatrices à accéder aux capitaux et aux subventions destinés aux fabricants de produits à valeur ajoutée et de produits prêts à être commercialisés pour les marchés nouveaux et émergents.

Le budget 2021 prévoit également de nouveaux investissements, essentiels si l’on souhaite maintenir la trajectoire ascendante de l’économie de l’innovation, en s’alignant sur les valeurs de la province, notamment l’inclusion et la durabilité.

Inclusion :

  • Services de garde d’enfants abordables et inclusifs, ce qui correspond aux avis reçus de l’ensemble des secteurs de l’économie et des régions. Les services de garde d’enfants ont été décrits comme un outil habilitant, essentiel afin d’aider le secteur de la haute technologie à combler la pénurie de talents et à atteindre les objectifs fixés en matière de diversité et d’inclusion.
  • Programmes de formation et d’embauche qui offrent un financement pour reformer et embaucher les jeunes, les gens de groupes sous-représentés et les Britanno-Colombiens qui cherchent leur premier emploi dans le secteur de la haute technologie. Cela comprend un montant de 7 millions de dollars remis à la Supergrappe des technologies numériques visant à prolonger le programme Accélérateur canadien des talents technologiques, et tient compte des avis reçus selon lesquels la pénurie de talents constitue un obstacle important à la croissance. Ces programmes viendront également faciliter l’accès à l’enseignement postsecondaire pour les Britanno-Colombiens.
  • Financement de 130 millions de dollars engagé depuis septembre 2020 pour offrir Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire à un plus grand nombre de communautés rurales et éloignées, y compris les communautés autochtones.

Durabilité :

  • Plus de 500 millions de dollars en investissements de CleanBC visant à réduire les émissions, investir dans l’énergie et les technologies propres et se préparer aux répercussions du changement climatique. Cela comprend :
    • le recours aux innovations pour concevoir des véhicules plus propres;
    • des investissements supplémentaires dans le Centre for Innovation and Clean Energy visant à multiplier les occasions que devront saisir la Colombie-Britannique et la planète entière pour réduire les émissions de gaz à effet de serre;
    • d’autres investissements en technologies propres visant à élargir les possibilités de partenariat avec le gouvernement fédéral.

Le budget 2021 marque une étape importante dans la progression de l’économie de l’innovation et sera suivi d’un plan économique actualisé qui visera à créer des emplois, accroître la compétitivité et aider les entreprises innovatrices de la province à prendre de l’expansion et à accéder à de nouveaux marchés grâce à des produits et des services de classe mondiale.

Dynamiser les supergrappes du Canada

John Knubley, ancien sous-ministre d’ISDE et architecte des supergrappes du Canada, se penche sur les origines et la proposition de valeur de notre programme dans un récent rapport intitulé « Building Superclusters for Canada ». Son analyse traite des défis et des réussites des supergrappes à ce jour et met en évidence les perspectives économiques qu’offre au Canada la poursuite d’une politique élargie en matière d’innovation. Selon M. Knubley, l’établissement d’écosystèmes se fait surtout sur le long terme, et c’est sous cet angle que nous pouvons continuer de favoriser une culture de l’innovation qui viendra soutenir le renouvellement de l’économie canadienne après la crise de la COVID-19.

Après cette publication, John Stackhouse de la RBC a résumé les points importants à retenir du rapport. D’après lui, avec des adaptations ciblées et le maintien des investissements, les supergrappes pourraient se révéler cruciales pour renforcer la réputation mondiale du Canada en matière d’innovation. L’article de John Stackhouse (temps de lecture de 3 minutes) est disponible à l’adresse suivante.

Faits saillants dans les médias

Malgré les critiques, les supergrappes sont bénéfiques pour l’écosystème de l’innovation au Canada, selon un ancien sous-ministre fédéral – John Knubley, sous-ministre d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) de 2012 à 2019, soutient que les supergrappes devraient être évaluées en fonction d’un cadre stratégique global en matière d’innovation et sur une période plus longue que le mandat initial de cinq ans. Trois ans après leur création, les supergrappes ont apporté de nombreux bénéfices, que l’on pense aux investissements commerciaux, aux effets de réseau, aux partenariats internationaux ou à la formation. (Research Money)

La crème de la Colombie-Britannique –Bill Tam, cofondateur et chef des opérations de la Supergrappe des technologies numériques, Jill Tipping, présidente-directrice générale de la BC Tech Association et Kathleen Reid, directrice générale de Switchboard Public Relations sont, selon The Peak, parmi les personnes les plus influentes en Colombie-Britannique (BC Power Players). (The Peak)

Écosystèmes de l’innovation tributaires de la demande – Quels sont les éléments nécessaires pour créer des écosystèmes régis par la demande et ainsi être en mesure de bâtir des compagnies de classe mondiale? Écoutez cet épisode du balado Market Hunt, avec Bill Tam. (Balado Market Hunt)

La ministre Mary Ng parle des investissements dans les petites entreprises et les entrepreneurs prévus dans le budget de 2021 – Le budget 2021 prévoit un montant de 60 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021-2022, qui sera attribué à l’Initiative des supergrappes d’innovation afin de garantir que les supergrappes qui ont consenti des investissements d’urgence pour soutenir la réponse du Canada à la COVID-19 ainsi que d’autres pourront continuer à soutenir les projets canadiens novateurs. (NewsWire)

Établir un bassin de talents en technologies numériques dans les secteurs du génie et de l’informatique

Quelles sont les compétences numériques dont ont besoin les nouveaux ingénieurs, programmeurs et scientifiques de données? Comment faire pour préparer les étudiants sur le point d’obtenir leur diplôme à être compétitifs dans le secteur des technologies numériques, un nouveau domaine en rapide évolution? Comment peut-on recruter et développer des talents de tous les groupes qui représentent tout le potentiel de la société canadienne?

Nous étudions ces questions en collaboration avec l’Université de Victoria afin de déterminer la meilleure façon de doter les étudiants des compétences numériques dont ils ont besoin pour réussir.

Nous avons besoin de votre aide pour élaborer des solutions.

Participez au sondage et courez la chance de gagner une place pour un kiosque au Hi-Tech Co-op and Career Fair de l’Université de Victoria en 2022. Ces kiosques sont très populaires et offrent un excellent moyen de faire la promotion de votre compagnie et d’élargir votre bassin de talents.

Participez à un groupe de discussion : tous les participants courront la chance de gagner l’une de deux subventions pour l’embauche d’étudiants inscrits à un programme d’alternance travail-études en 2022 (valeur de 5 000 $ chacune). Inscrivez-vous ici.

Embauchez un étudiant inscrit à un programme d’alternance travail-études : recruter des étudiants inscrits à un programme d’alternance travail-études constitue une excellente façon d’élargir votre bassin de talents. Écrivez à l’adresse suivante pour découvrir les manières dont ces étudiants peuvent vous aider dans votre milieu de travail : engrcoop@uvic.ca.